dimanche

FESTIN D'AUTEURS et Prix Apicius



Festin d'Auteurs: pour les toqués du Miam

Après le succès fulgurant rencontré lors de sa première édition, le Salon du livre gastronomique, Festin d'Auteurs nous revient les 6 et 7 Avril prochains à Beynat pour une seconde édition pleine de surprises riches en arômes et qui fleurent bon les bonnes tables.

Un salon pour tous
Quelque soit votre inspiration, quelque soit votre motivation, Festin d'Auteurs est fait et pensé pour vous. Oui, pour vous qui êtes en train de lire ces lignes. On ne se prend pas la tête pour le quidam de passage, on s'adresse bien à vous...

Vous êtes curieux?
Les auteurs sont là, disponibles, pour échanger avec vous, écouter et répondre à vos questions, vous donner leurs petits secrets... La cuisine c'est aussi une histoire de partage et d'amitié (on cuisine pour les gens qu'on aime).

Chacun son tour, comme à la cantine, les auteurs passent derrière les fourneaux du salon en direct et sans filet, pour faire la démonstration de leurs talents. Et oui, comme quoi les recettes ne sont pas irréalisables... Là, c'est Chef en cuisine !

Les enfants
Parce que la cuisine, c'est du bonheur, c'est ludique et pour tous, les enfants ont eux aussi leur espace réservé...Et oui, là encore surprise ! Ils vont pouvoir se faire plaisir et découvrir des goûts nouveaux dans l'Espace Mini-Chefs.

Le bistrot
Alors, on récapitule: on a vu des bouquins à foison, discuté cuisine avec leurs auteurs, sentis les délicieux arômes qui s'échappent en permanence de Chef en cuisine... Bon alors maintenant, ça suffit, on va gentiement se poser au Bistrot du salon, grignoter des spécialités locales autour d'un verre et se remettre de nos émotions...

Edition 2011
Plus de 2 000 Visiteurs
60 auteurs
Plus de 1 000 ouvrages vendus
1 00 Bénévoles

Grands chefs étoilés, journalistes, chroniqueurs gastronomiques, stars du petit ou du grand écran, chacun y va de sa plume, de ses secrets de cuisine, mettant en avant sa région, son terroir et les femmes et hommes qui savent cultiver et perpétrer ses savoirs faire ancestraux et savoureux.

Mélange des genres, mélange des arts, il y en a pour tous les goûts et tous les niveaux de difficultés, depuis le très beau livre aux illustrations impossibles à réaliser derrière ses fourneaux aux guides pratiques reprenant et décortiquant les bases de la cuisine traditionnelle, l’édition gastronomique a fait un bon de prés de 10 % en 2010.

Un art délicieux
Patrimoine immatériel inestimable, d’une richesse exceptionnelle et unique au monde, la cuisine française est avant tout un savoir faire et une ressource infinie de créativité tant pour nos générations que pour celles à venir.

La France est Le Pays de l’art sous toutes ses formes, que ce soit gastronomique, architectural, culturel ou avec l’Art de Vivre à la française, tant convoité par les milliers de visiteurs que notre pays accueille tous les ans. Mais derrière tant de finesse et de délectation, se cachent des femmes et des hommes qui détiennent un savoir faire hors-pair. Ce sont des passionnés, des amoureux du bon, des êtres à la générosité et à la sensibilité inégalée dont une des vocations est la sauvegarde et la transmission de ces secrets de cuisine. Ces épicuriens dans l’âme nous mènent, au travers de leur travail, de leur passion, de leur cuisine d’hier à demain via aujourd’hui.

Des artisans au sens noble du terme
A l’heure où les connaissances théoriques sont accessibles à tous via notamment Internet, la culture du savoir est en train de se banaliser et il semblerait que nous entrions de plein pied dans l’ère du savoir faire. C’est ainsi que l’art culinaire, car il s’agit bien d’un art, a su trouver toute sa place dans une société en mouvement qui laisse peu de place à l’indulgence. Le repas gastronomique des Français, n’est il pas classé au patrimoine immatériel de l’UNESCO ?


Au menu

Vous avez découvert le salon dans les grandes lignes, regardons plus en détail, ce qui vous attend les 6 et 7 avril prochains, vous qui êtes aussi des toqués du Miam.
Tout d'abord, lorsque l'on vous dit que Festin d'Auteurs n'est pas un salon comme les autres, ce n'est pas pour vous le vendre à tout prix, mais parceque c'est vrai ! Il se démarque des autres manifestations du genre par deux aspects essentiels:

1.Il est porté quasi exclusivement par des bénévoles et des passionnés (près de 150 au total) réunis en association.
2. Les auteurs présents (plus de 50 auteurs dont uniquement 4 régionaux)sur le salon durant ces deux jours ne sont pas là que pour vendre leurs livres. Ils passent derrière les fourneaux, partagent, échangent et n'hésitent pas à dévoiler leurs "trucs et astuces".


Les nouveautés 2013
Les auteurs seront répartis en 7 grands pôles: Cuisines régionales, jeunesse, recettes et saveurs, cuisine et santé, voyages en cuisine, histoire et sociologie et cuisine et litterature.
Des expositions de photos et de peintures, un espace découvertes proposé par la BDP de la Corrèze...
Un café littéraire, des tables rondes...
Et surtout, la création d'un prix littéraire, le Prix Apicius qui viendra récompenser un ouvrage jeunesse et ouvrage adulte. La remise de ces deux prix Apicius se fera dimanche 7 Avril à 11h30.

--------------------------------------------------------------------------------
LES AUTEURS PRESENTS

Danièle Mazet-Delpeuch
La marraine de ce second Festin d'Auteurs n'est autre que Danièle Mazet-Delpeuch qui, de 1988 à 1990 servit François Mitterand aux fourneaux de l'Elysée.
C'est de son histoire dont est inspiré le film"Les Saveurs du Palais", avec Catherine Frot qui sera diffusé à Beynat vendredi 29 mars à 20h30 au Foyer Demarty, en la présence de cette marraine de choix.




















mardi

Pâques 2013 : J-12 / L'histoire de l'oeuf de Pâques


L'HISTOIRE DE L'OEUF DE PAQUES



Pour voir cette vidéo cliquez ici !


La fête des Pâques
Le mot Pâques a une origine latine qui est "pascale". Il se rapporte à la notion de pâturage.La fête des Pâques est à l'origine une fête menée au tout début une cérémonie juive.Elle a alors célébré la libération du peuple hébreu par Moïse.Elle commémore leur fuite de l'Égypte et leur long périple pour atteindre la terre promise.Pâques avec l'avènement du christianisme désigne plus singulièrement la renaissance du Christ.Cette fête célèbre la résurrection du sauveur.Pâques incarne ainsi le renouveau de notre vie.

La signification de l'œuf
L'œuf reflète cette idée de renaissance.Les Égyptiens bien avant l'ère chrétienne avaient la coutume d'offrir des œufs sous différents aspects.Ils étaient peints de toutes les couleurs ou avec des décorations.Certains œufs sont en porcelaine comme ceux connus communément comme l'œuf de Fabergé.

Les autres symboles de renaissance de Pâques
La renaissance se retrouve dans d'autres formes symboliques de fécondité comme la poule.Dans d'autres régions ou pays, comme l'Allemagne ou l'Alsace, le lapin et le lièvre incarnent l'idée de renouveau.La forme de la cloche exprime différentes croyances. Dans la Rome Antique, elle annonce l'arrivée prochaine du Christ.Certaines légendes affirment que quand les cloches sonnent sur les toits de la France, les œufs tombent en chocolat pour faire le bonheur des enfants.En Alsace, l'agneau est une autre forme très courante qu'a revêtue la renaissance. Il est présenté en viande ou en agneau fait de chocolat.

La célébration de Pâques
Dans d'autres régions du monde comme en Martinique, Pâques est une occasion particulière pour offrir des présents.En Australie, Pâques en plus des célébrations habituelles, a également un but écologique. Cet événement a pour objectif d'inciter à sauver les animaux en voie de disparition.Les chocolats sont ainsi en forme de marsupiaux par exemple.

Les œufs de Paques préservaient de toutes les maladies sans exception (dans les Vosges) ou seulement de quelques unes, les coliques (Limousin) ou les fièvres (Ardennes, Bourgogne, Beauce. Perche, Alsace). Dans le Nivernais, l'oeuf du vendredi¬saint, pendu dans les étables et les écuries, protégeaient les bêtes, et dans certains villages de cette contrée, on était persuadé que, gardé durant un siècle, son jaune se transformerait alors en diamant ; on y en conserverait encore plusieurs à cette fin ! De nombreux historiens rattachent les traditions concernant les oeufs de Pâques à d'anciens mythes païens de la fécondité. On a vu déjà les jeunes filles de Colmar en offrir à leurs fiancés. D'autres coutumes semblent confirmer ces vues. C'est ainsi que l'oeuf symbolise la vigueur sexuelle. Dans le Mâconnais, ils passaient pour donner vigueur et force aux hommes et aux jeunes gens, dans la région messine pour protéger de l'impuissance, dans certains cantons des Hautes-Alpes les hommes mangeaient des oeufs du vendredi saint pour avoir des enfants et en Franche-Comté ils étaient les garants de la fécondité des mariages. II y a là comme un reflet des croyances de l'Antiquité dans le renouvellement des forces germinatives de la nature.

samedi

La fête rabelaisienne de la gastronomie

Vers des “Rabelaisiennes”

Le ministre de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, Stéphane Le Foll, a annoncé recémment vouloir créer le 14 juillet des “Rabelaisiennes” inspirées de la Fête de la musique, pour mettre à l’honneur la cuisine et la nourriture à travers la France.
« C’est mettre à l’honneur la cuisine, organiser des repas dans la convivialité sur tout le territoire » propose le ministre.
On connait déjà quelques denrées si on se réfère à la fin de l’épitaphe consacrée par Ronsard à Rabelais
«Ô toi, quiconque sois, qui passes,
Sur sa fosse répands des tasses,
Répands du brit et des flacons,
Des cervelas et des jambons. »
Souhaitons que le succès de ces Rabelaisiennes approche de celui de la Fête de la musique.




 
Rabelaisiennes ou Fête de la gastronomie ? Le bal des égos !

Alors que le Ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, propose des Rabelaisiennes le 14 juillet (voir Vers des “Rabelaisiennes”), la Ministre déléguée en charge de l’artisanat, du commerce et du tourisme, Sylvia Pinel, annonce une Fête de la gastronomie en septembre

Les 20, 21 et 22 septembre prochains la Fête de la gastronomie 2013, devant prendre place dans la calendrier le quatrièmes week-ends de septembre. Les objecifis sont "développer dans tous les territoires et notamment dans les quartiers défavorisés, les zones rurales et en outre-mer, valoriser la diversité des cultures qui influencent notre gastronomie, rendre la gastronomie accessible à un plus grand nombre, contribuer à renforcer le rayonnement de la France dans le monde, par la promotion de nos savoir-faire d’excellence."
Comment ne pas y adhérer, surtout si on sait que c’est le chef Thierry Marx qui en assurera le parrainage.

Mais comment ne pas déplorer que deux Ministres n’aient pas su travailler ensemble, en amont, pour faire converger leurs efforts vers une manifestation fédératrice, qui peut difficilement se passer de l’agriculture, comme de la culture? Et si les ministres tout à coup se mettaient à refléchir ensemble à une coordination pour une même politique ...imaginons une grand programme festif, éducation et information mené par les ministères de l'agriculture, de l'alimentation, de l'agroalimentaire, de l'éducation, de l'enseignement superieur, de la culture, du tourisme, de l'économie, du redressement productif, de la famille, de l'écologie, de l'artisanat, de la jeunesse de l'éducation populaire et des associations, du social, de la santé, et des affaire étangère (pour la reconnaissance de la gastronomie outre frontières). Mais les égos resteront, et primeront toujours !