vendredi

BONNE BUCHE !

Selon le célèbre chef Prosper Montagné, la gastronomie c'est l'avénement de toutes les fêtes religieuses. Gâteau de l'Epiphanie, dragées de la circoncision ou du baptême, agneau et oeuf de Pâques, oies de la Saint Martin, sans oublier la bûche : elle fut longtemps, dans nos campagnes, une bûche véritable qui brûlait dans la cheminée pendant toute la nuit de Noël, tisonnée par les veilleurs et arrosée de boissons diverses selon les régions. Dans le Berry, on l'appellait la Cosse de Nau, en Franche Comté La Tronche, en Normandie, La Souque, et en Charentes, Le Mouchon.


La plupart des gens jeûnent la veille de toutes le fêtes pour préparer leurs estomacs, et pour un gourmet régulier c'est une sorte de rituel, tandis que le gourmand se prépare à une sainte indigestion.

Comment ne pas citer, en cette période, Gasterman, contemporain de Grimod de la Reynière qui pensait que "la charcuterie doit dominer dans un reveillon, et que la langue fourrée, étant la reine des chairs-cuites, doit y figurer comme plat du milieu obligé". Notre dernier rescapé de cette époque étant le boudin blanc qui vient perpetuer ma semaine festive.


Pour connaitre l'histoire de la Bûche de Noël Cliquez ICI

Aucun commentaire: