mercredi

Ponctuations gourmandes en apostrophes

Apostrophes du 14 décembre 1984
Avant les fêtes, Bernard PIVOT a réuni sur le plateau de ce numéro d'Apostrophes des invités autour du thème "La gourmandise et le vin". Le débat est entrecoupé de dégustations de grands crus : Banc-titre : Reproductions en couleur extraites du livre "Le vin à travers la peinture" (ACR éditions )- Robert FRESON se dit "gourmand de la beauté" et parle de son travail de photographe de plats régionaux au sein d'une équipe internationale (les articles ont été écrits par des britanniques, lui-même est un américain d'origine belge) pour illustrer l'album "Le goût de la France".- "Ma cuisine des saisons" présente "Les meilleures recettes de Georges BLANC". "Petit-fils de la meilleure cuisinière du monde", il se réjouit d'avoir suivi cette tradition. Dans ce livre, il présente un choix de recettes pour les repas de fêtes et d'autres plus accessibles. Il en commente certaines.- Auteur "Des mots du vin et de l'ivresse", Martine de CHÂTELAIN-COURTOIS, bordelaise, parle de son intérêt pour l'imaginaire du vin. Elle cite nombre d'expressions savoureuses ou plus grossières et se demande pourquoi le vin est souvent appréhendé comme féminin. Banc-titre : reproduction en couleur de dessins extraits du livre de Ronald SEARLE "Parler en vin : le langage du vin illustré"- Hugh JOHNSON, auteur du "Guide mondial du connaisseur de vin", parle de son initiation au vin, de sa curiosité pour les vignobles du monde entier qu'il a visités (Australie, Californie...) et de la place de la France comme référence. Il échange des remarques sur les vins californiens, australiens, anglais avec les autres invités.- Bernard GINESTET présente quatre guides thématiques qu'il a écrits pour la collection qu'il dirige : "Pomerol", "Margaux", "Côtes de bourg", "Saint-Julien". Il y donne les références de tous les chateaux et s'est livré à une tentative de classification de ces crus. Réflexions sur les vins de Bourgogne, de Bordeaux et d'Alsace.- Amoureux du champagne, le colonel François BONAL en parle à propos de son "Livre d'or du champagne" : l' historique (l'introduction de la mousse), le champagne et les femmes, les baptêmes de bateau, le champagne et les écrivains..En séquence finale, Bernard PIVOT croulant sous un monceau de présente une sélection de l'année sur vins, recettes, fromages, desserts, chocolat.






Apostrophes le 05 décembre 1980
Bernard PIVOT consacre pour la deuxième fois une émission à la gastronomie. Il reçoit ELiane, Jacquette et Christine de RIVOYRE venues présenter leur livre "La cuisine Landaise" préfacé par leur soeur Christine de RIVOYRE. Elles expliquent qu'elles ont appris à cuisiner ces plats Landais en regardant faire Marie LACOSTE, la cuisinière de leur grand mère et citent quelques recettes de cette région. Alain CHAPEL, chef du restaurant "La mère Charles" à Mionnay définit les cuisiniers comme "des gens de foi, de passion et d'amour". Il a écrit "la cuisine c'est beaucoup plus que des recettes" et explique pourquoi. Il raconte comment on devient un grand cuisinier, évoque ses maîtres d'apprentissage et classe les recettes en deux parties celles de la tradition et celles de l'imagination Robert J. COURTINE avoue ne pas avoir lu le livre sur la cuisine Landaise, car en l'ouvrant à la page 70, il était question de ketchup (indignation des trois soeurs RIVOYRE). Il critique également les préfaces des livres de cuisine et ne croit pas au concours culinaire. Pour écrire son livre "Le grand jeu de la cuisine", il a soumis aux plus grands noms de la gastronomie Française des paniers de saison, en laissant libre cours à leur imagination. Ils ont ainsi crée 72 menus et 350 recettes. Christine de RIVOYRE critique les recettes de ce livre. Alexis LICHINE, américain propriétaire de grands crus en bourgogne et exportateur de vins fins dans le monde entier, a écrit "une encyclopédie des vins et des alcools" il raconte comment entre les deux guerres, il s'est passionné pour les vins. Il pense que la France perd peu à peu sa position primordiale dans le domaine du vin. Emile PEYNAUD, oenologue qui a écrit "le goût du vin" pense de la dégustation est un art et une science. Il en parle longuement et en fait une démonstration devant les invités qui ont chacun un verre de vin. Il décrit avec un vocabulaire choisi le vin dégusté.




Apostrophes le 19 octobre 1979
Jean François REVEL, auteur de "un festin en paroles", histoire de la cuisine à travers les textes qui mêle la culture et la gourmandise, est intéressé par la littérature quand elle parle de cuisine et a étudié la cuisine à travers les âges. La cuisine moderne apparaît au xviiieme siècle, en même temps que prolifèrent les livres de cuisine, qu'évolue la gastronomie et que s'ouvrent les premiers restaurants. La cuisine doit se fortifier dans le terroir au lieu de s'internationaliser. Marcel DETIENNE, auteur en collaboration de "la cuisine du sacrifice en pays grec" parle de la cuisine dans l'antiquité qui est un acte politique et religieux :sacrifices, actes rituels de la consommation. Henri VINCENOT, coauteur avec sa famille de "cuisine de bourgogne" rend hommage aux femmes, grandes prêtresses de l'art culinaire, et définit la cuisine comme une fête et un rite. Il dénonce les méfaits de la vie moderne, les difficultés de trouver de bons produits, la rapidité des repas actuels et rend hommage à la variété de la cuisine bourguignonne. Henri PHILIPPON, auteur de "cuisine du Quercy et du Périgord", voyageur, journaliste et gastronome, souhaite un retour à l'artisanat, car la cuisine actuelle est sur une mauvaise voie. Emma TUBIANA, coauteur avec Catherine ANGLADE de "recevoir sans en faire un plat" parle de la cuisine quotidienne, simple, rapide et utilisant les restes. Stella et Joël de ROSNAY, auteurs de "la malbouffe" ont voulu jeter un cri d'alarme, car six maladies sur dix sont dues à l'alimentation. Danger des excès de sucre, de viande et de graisse, et problèmes d'alimentation à l'échelle mondiale. Nécessité de la prévention et souci de concilier la fête et la santé. Chaque participant évoque ce qu'il emporterait sur une île déserte pour se nourrir. Bernard PIVOT propose plusieurs ouvrages culinaires, ainsi que le seul recueil de poèmes traduit en France de Odysseus Elytis qui vient d'obtenir le prix Nobel de littérature




Les plaisirs populaires
Apostrophes du 15 décembre 1989
Bernard PIVOT a réuni, dans un décor représentant un bistrot, de nombreux invités venus présenter des ouvrages consacrés à ce qu'il appelle " les plaisirs populaires". - Jean Pierre COFFE vient de publier un nouveau recueil de ses chroniques gastronomiques "Le vrai vivre". Il a apporté dans un panier des produits frais et leur équivalent sous cellophane: jambon, salade, chapon, vin en pack, poisson congelé. Il discute avec Pierre PERRET du meilleur moment pour tuer le cochon. - André DAGUIN présente le livre de COURTINE "La cuisine des terroirs" ainsi que la réédition de son livre "Le nouveau cuisinier gascon". Bernard PIVOT en extrait quelques recettes. - Catherine FAVALLELI, libraire à Sarlat, vient de publier "La grande cuisine du Périgord" ; elle a apporté quelques truffes fraîchement cueillies et explique la différence entre Gascogne et Périgord. - Georges DUBOEUF présente "Beaujolais vin du citoyen"; il évoque l'essor de ce vin depuis une trentaine d'années, quelques crus dont le Fleury et décrit le beaujolais 89. - Le journaliste sportif Pierre CHANIER évoque "L'année du cyclisme" et les champions qui ont marqué cette année, LEMOND et FIGNON. - Robert DOISNEAU raconte comment il a réalisé les photos composant le recueil "Les doigts pleins d'encre" dont CAVANNA, présent dans l'assistance, a écrit les textes. Il présente également un livre de mémoires "A l'imparfait de l'objectif". - Rémi HESS a écrit un récit historique et sociologique sur la valse. Il rappelle l'origine de cette danse qui devient populaire grâce au musette. Extrait de "Casque d'or" de Jacques BECKER. - Jacques PESSIS est l'auteur avec Jacques CREPINEAU d'un ouvrage sur le Moulin Rouge; il évoque les grandes vedettes qui s'y sont produites et commente un montage de gravures extraites de son livre. - Pierre PERRET présente son recueil de souvenirs "Laissez chanter le petit"; il raconte ses débuts, grâce à BRASSENS et sa compagne, la réaction du public face à certaines de ses chansons. - Le dernier invité est Georges WOLINSKI pour "Plus on en parle, moins on le fait" qui déplore le manque de désir et prône la fidélité. - Générique de fin sur la chanson de PERRET "Le vin", une valse que danse Rémi HESS et une invitée.


Aucun commentaire: