lundi

Il ne faut pas jouer avec la nourriture !





Tandis que Christophe Spotti fait mousser le lait, que Marc Brétillot publie ses mémoires et que Diane Bisson a trouvé le moyen de nous faire littéralement manger nos assiettes, la jeune génération s’impose tant et si bien que l’agroalimentaire lui fait du pied… Le design culinaire s’emballerait-il ?

Après dix années à provoquer de délicieuses rencontres entre les fruits et les légumes et l’art et le design, Christophe Spotti a quitté la galerie Fraîch’attitude et c’est au CNIEL, le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, qu’il insuffle désormais sa belle énergie. « Les valeurs de la Milk Factory sont celles de la création d’avant-garde, mais aussi du partage », indique-t-il.
La preuve est dans son sillage avec la plasticienne Martine Camillieri (1), la consultante culinaire Sonia Ezgulian, l’artiste Natacha Lesueur, la vidéaste Youlia Rainous ou encore Elise Labide, auteure de l’excellent blog Eatdesign.
Bientôt de grands chefs seront invités à « explorer, tester, se tromper » au sein du laboratoire de la future galerie. Sa réalisation a été confiée à Clémence Farrell et Ich&Kar, et son ouverture est prévue début 2011.
En attendant, c’est Isabelle Rozenbaum qui signe la première grande exposition hors les murs (2). La photographe et ethnologue a sillonné la planète et immortalisé les multiples cultures du lait. Ses photos documentaires ainsi que celles d’amateurs seront projetées en animation grand format à partir du 12 mai, à la Galerie Deborah Zafman, à Paris. Un voyage certes plus visuel et narratif que gourmand, mais qui prend tout son sens dans notre société où, comme le note Marc Brétillot,
« les gens mangent de moins en moins pour se nourrir et de plus en plus pour se raconter des histoires ». (Sandra de Vivies)

(1) Christophe Spotti a dernièrement soutenu le projet Suitehôtel de Martine Camillieri, soit neuf beds & breakfasts aménagés dans des voitures dans le cadre du festival Sonorama, à Besançon.

(2) Cultures des laits du monde, jusqu’au 26 juin à la Galerie Deborah Zafman, 3-5, passage des Gravilliers,
 75003 Paris.
Tél. : 01 40 29 46 74. www.deborahzafman.com

Aucun commentaire: