mardi

GASTROSEXUEL



TOQUÉES DES TOQUES , Connaissez-vous le « gastrosexuel » ? Le gastrosexuel est un homme, célibataire, âgé de 25 à 44 ans, curieux, séducteur, instruit, professionnellement actif, mais surtout passionné de cuisine, ambiance « In The Food For Love ». Un nouveau type de consommateur dont la principale caractéristique serait de mélanger cuisine et séduction, d’exciter les papilles pour mieux papillonner. Autrement dit, de jouer du piano (l’autre nom des fourneaux) comme un pro : debout, assis, couché ! Un tout jeune site de rencontres lui est même consacré : marmitelove.com, un genre de Meetic de la gazinière, « pour les coeurs d’artichaut et les gourmets solitaires ». Bref, pour celles qui auraient encore du mal à le reconnaître : le gastrosexuel est un métrosexuel qui, au lieu d’acheter des fringues, achète du piment d’Espelette !

Débarqué sur les côtes françaises il y a un an, le concept est né au Royaume-Uni dans les années 2000 et dans la lignée de jeunes chefs rock’n’roll qui ont remis la cuisine à la mode, type Jamie Oliver (baptisé « The Naked Chef » parce qu’il officie sans toque). Là-bas, le gastrosexuel répond à une donnée sociologique limpide : les filles d’aujourd’hui ne savent plus cuisiner et les hommes passent en moyenne cinq fois plus de temps aux fourneaux que dans les années 60. Chez nous, pays de la gastronomie, il aura fallu attendre des émissions comme « Oui Chef ! », « Un dîner presque parfait », mais surtout « Top Chef » sur M6, et son finaliste Romain Tischenko (objectivement moins expérimenté que Pierre-le-Biterrois mais gastrosexuel à mort !), pour que la cuisson prenne. Et l’on attend de pied ferme « MasterChef », la « Star Ac’ » du Miam, l’émission concurrente de TF1 programmée pour la rentrée...

C’est donc un des bastions de la femme qui tombe aux mains des hommes : faut-il s’en réjouir ? Grave ! D’autant qu’il en reste d’autres, des bastions (la vaisselle ?), et que le phénomène est loin de concerner l’ensemble de la population. Mais pour que « Le Gastro » prenne parfaitement, reste surtout à lui trouver... un autre nom ! Moins transit et plus appétissant. Pourquoi pas « Hot Dog » ou « Chien Chaud » ? On attend vos suggestions.

Par Marion Ruggieri

Aucun commentaire: