samedi

Quiz de la gastronomie 3

Dans la plupart des cas, la famille est en effet le principal lieu d'apprentissage culinaire et alimentaire dans l'enfance. La caractéristique de cet apprentissage est qu'il est contextuel. L'enfant apprend en « baignant » dans la famille ; il vit le quotidien et l'intègre comme étant la norme. Il apprend à la fois ce qu'on mange et ce qu'on ne mange pas dans sa famille, dans le pays ou dans la culture locale. Cette période est capitale pour la formation des goûts. L'enfant va prendre certaines habitudes, aimer certains produits. Par l'alimentation, il distingue aussi différents rythmes : le week-end et la semaine (les mères ont plus le temps de cuisiner le samedi ou le dimanche), les saisons, les vacances... Il va apprendre les manières de table, à rester droit, à tenir correctement ses couverts, à ne pas manger avec les doigts, assimilant les rôles, la place de chacun dans la famille.



Pour les jeunes,souvent, la cuisine constitue un espace et une pratique construits comme féminins. Tandis que la salle à manger apparaît comme un lieu mixte, voire masculin (le père peut ainsi privilégier le repas dans cette pièce pour regarder le journal télévisé), la cuisine au contraire est perçue comme le lieu de la mère, propice aux confidences mères-filles. L'enfant constate, même si cela dépend des familles, que maman cuisine plus régulièrement, que papa met parfois la main à la pâte mais pour des occasions plus festives. Les places à table répondent aussi à des règles et obéissent souvent à une certaine hiérarchie, que peut aussi reproduire la quantité de nourriture attribuée à chacun ou sa distribution. Le père peut avoir droit à plus de viande ou à certains morceaux. Les anciennes générations racontent ainsi qu'elles cherchaient toujours à manger le croupion alors que c'était le morceau réservé au père. C'est la place du père de famille qui se jouait là. La famille joue donc un rôle déterminant dans l'apprentissage des goûts et des règles de table, elle révèle les rôles sociaux.

Mais ce n'est pas le seul lieu d'apprentissage. Les crèches et les assistantes maternelles puis la cantine à l'école ont souvent joué un rôle important pour les enfants qui les fréquentent. Ils y découvrent des plats ou, au contraire, y constatent l'absence de plats qu'on mange dans leur famille. C'est notamment le cas pour les enfants d'origine étrangère, qui constate la différence entre leur culture alimentaire familiale et celle de leur pays d'accueil. Les repas chez les copains sont souvent importants, en offrant un autre point de comparaison. Enfin les grands-parents apportent d'autres rapports aux normes : soit les règles sont plus fortes chez eux (mise en scène plus formelle de la table...), soit elles peuvent être plus souples (« mamie gâteau »)ou plus élaborée « parce qu'elle a plus le temps ».

Aucun commentaire: