mardi

Médaille en chocolat...




Acheter du vin est un acte souvent compliqué. Avec les milliers de références sur les marchés (distribution, cavistes?), la peur de se tromper est plus grande que pour d'autres produits. Bien sûr, il existe des AOC ou des domaines rassurants. Il y a aussi ces médailles (or, argent ou bronze) ornant des bouteilles.Elles proviennent des multiples concours de vin organisés dans le monde, souvent par des entreprises privées. Chacun ne vaut que par sa notoriété, le crédit qu'on lui accorde et le sérieux de son organisation. Tous les concours ne se valent pas. Le public devrait certainement d'avantage s'intéresser aux compositions et au jury. Parmi les Concours mondial de Bruxelles, Citadelles du vin (Bordeaux), concours de Bacchus (Madrid) et de Ljubljana (Slovénie), Macon (Saône-et-Loire), et les Vinalies (organisé par les oenologues), j'ai pour ma part durant 5 ans était jury au "CGA", le concours général agricole, durant le salon de l'agriculture de Paris. La dernière année, j'étais à la table de l'appellation "Beaujolais" où 12 bouteilles tronaient pour 5 dégustateurs dont 4 producteurs du beaujolais (car ayant un regard plus technique sur l'appellation) et moi-même. A voir les régards et sourires complices des viticulteurs attablés avec moi et qui se connaissaient, ils reconnaissaient à l'aveugle sans peine le "bébé" produit par leur voisin ou cousin. Comment ne pas imaginer dans ce contexte un arrangement utile pour chacun : un lopin de terre contre une médaille ??? Surtout quand on considére que sur 12 bouteilles 5 furent médaille d'or, 2 d'argent et 2 de bronze.

Le poids des concours est de plus en plus important dans les marchés du vin , les acheteurs français des grandes surfaces courent après les médailles, elles sont rassurantes pour eux et, en bout de chaîne, pour le client. C'est une dynamique pour les ventes, quelle que soit la couleur de la médaille. Une médaille d'or à Paris et un lot de vrac prend de suite de la valeur auprès du négoce. Certains contrats sont même conditionnés au fait d'obtenir une médaille.

En grande distribution, une médaille cautionne un produit. Elle aide aussi le client à franchir le pas pour découvrir une origine ou un vin. Mais ensuite le vin « fait son travail » en reserve de GMS et ensuit en cave .

Le Concours mondial de Bruxelles lui a innové dans son règlement : tout vin récompensé et acheté ensuite sur le marché (France et export) pourra être comparé à un échantillon témoin gardé en réserve. Les organisateurs ont perdu des clients, mais en ont gagné d'autres.


On ne sait pas , en outre, si les dégustateurs restent identiquent. Ce qui est sur c'est qu'ils ne passent pas de concours pour devenir dégustateurs...


Aucun commentaire: