samedi

Le coin de table



Cette toile appartient à une série de portraits de groupe peints par Fantin-Latour. Elle représente des hommes de lettres appartenant à la mouvance parnassienne, qui fondèrent la revue littéraire d’avant-garde La Renaissance littéraire et artistique. En 1868, ces poètes amoureux de “ l’art pour l’art ” décident de se retrouver tous les mois autour d’un repas afin de maintenir la cohésion du groupe. La critique qualifia dédaigneusement ces réunions de “ dîners des vilains bonshommes ”, titre qui leur resta.
Il s’agit d’un groupe de poètes rassemblés autour d’une table, à la fin d’un repas. De gauche à droite, assis au premier plan, on distingue Verlaine, Rimbaud, Valade, Hervilly, Pelletant ; debout, au second plan, Bonnier, Blémont et Aicard. La composition s’achève à droite par un bouquet d’hortensias, à la place du portrait prévu de Mérat, lequel à la suite d’une mystérieuse altercation avait refusé de poser à côté de Rimbaud, adolescent provocateur, arrivé à Paris en 1871 et introduit à ces réunions par Verlaine. Là, mandarine, verre de Jerez et carafe de Porto accompagnent le café du poète.
Comment ne pas être tenter d'évoquer d'autres poètes du siècle suivant qui tout juste 100 ans plus tard posaient en consommateurs de bières Ch'ti pour la postérité

Existe t-il encore aujourd'hui des poètes bons vivants et amateurs de la bonne chère?

Aucun commentaire: