lundi

Le premier Chef - Rat...de goût !


Hier, j'ai eu l'occasion de regarder Ratatouille, un dessin animé qui, je pense, ne peut pas être compris par les plus petits. Mais pour ma part, moi qui regarde rarement ce type d'animation, j'y ai pris beaucoup de plaisirs. Avec Remy, qui n'est pas un jeune rat d'égout comme les autres, mais qui a un véritable don, celui de cuisiner, marier les saveurs, et découvrir de nouveaux aromes, et également le rêve de devenir un grand chef et le premier rat…de goût ! Remy est prêt à tout pour vivre sa passion, notamment venir s'installer avec sa famille sous les cuisines d'un des plus grands restaurants parisiens : celui de Auguste Gusteau, la star des fourneaux. Mais découvrons un peu qui est qui dans cette aventure ?


Rémy: Le héros du film. Il nourrit un rêve peu commun pour un rat d'égoûts, devenir un grand chef dans des cuisines de la haute gastronomie. Le rêve de nombreux "rats" (traineurs) de restaurants. Comme beaucoup de mes anciens collègues ou certaines de mes élèves, voici bien un nuisible de la socièté qui a de l'or entre ses mains, mais dont le rayonnement ne brille pas assez pour être vu.


Linguini: Après une série de jobs décevant, Linguini est garçon de cuisine. Soucieux que ce nouveau travail lui donne une raison d'être. Il n'est pas fait au départ pour ce métier mais se découvre dans un rôle qui lui plait, à l'image de jeunes gens qui m'entourent.


Emile: Le petit frère grassouillet de Rémy. Il ne partage pas le goût de la nourriture raffinée de son frère et se contente très bien des détritus qu'il trouve dans les égoûts. Sa rencontre avec Rémy risque de tout basculer. Il y aurait-il une connotation aux dégustateurs de paquets de chips devant la télé en guise de dîner?


Skinner: Le chef du restaurant Gusteau's après la mort de ce dernier. Il se sert de la grande réputation qu'avait donné Auguste Gusteau au restaurant pour en tirer le maximum de profit à tout prix. Les yeux, le tempérament, et la taille de ce personnage me font penser à quelqu'un de médiatique, mais mes relations professionnelles m'obligent à une diplomatie et une vigilence dans mes mots. Malgrés tout, son nom à connotation américaine (traduisez plus ou moins littérallement "L'homme qui te pellera jusqu'aux os" ou "L'écorché Vif", car en fait je ne connais aucun chef reconnu qui se nomme Pelletier) et ses envie de vendre sa marque commerciale, nous rappelle certaines personnes ouvrant nombres de restaurant aux USA comme une ruée vers l'or.


Colette: Après des années passées dans un milieu dominé par les hommes, Colette s'est forgé un caractère de fer. C'est une chefette talentueuse et ambitieuse dont les charmes ne laissent pas Linguini indifférent. Une Anne-Sophie Pic indéniablement, mignonne, jeune, énergique, vivante, professionnelle et technique, pas toujours devant les caméras mais toujours proche de la tradition.


Django: Le père de Rémy et Emile. Il a de grandes ambitionspour son fils Rémy, sauf que celles-ci ne concernent en aucun cas la haute gastronomie. Un peu comme mon père qui ne connaissant pas la profession, et voulant mon bien, me donnait toujours de bons conseils mais qui n'allaient pas dans mon sens.


Auguste Gusteau : Un grand chef mondialement réputé qui est mystérieusementdécédé après que son restaurant n'ait perdu une étoile dans le guide du critique Anton Ego. Le restaurant aurait décliné en qualité depuis sa mort. Il continue à hanter les lieux et est source d'inspiration pour beaucoup, dont Rémy. Un mélange du physique de monsieur Paul Bocuse, dont j'ai souvenir de cette oppulence me toisant du haut de mes seize ans, et de la disparition de Bernard Loiseau dont j'étais régionalement attaché. L'enseigne du restaurant, bien que située à Paris, rappelle sensiblement la devanture du restaurant de Paul Bocuse à Collonges.


Anton Ego: Le critique gastronomique ultime que toute la profession redoute.Ses avis peuvent faire la carrière d'un restaurant, ou la détruire. Un prénom tiré de Fredéric Anton du Pré Catelan et un physique rappelant légérement Claude Terrail de La Tour d'Argent. Une trés belle image montre le rapport du critique avec ses souvenirs d'enfant, n'oublions pas que les principales données mémorielles des sens gustatifs et olfactifs sont enregistrées au plus tôt de notre enfance.


Remy nous fait comprendre que dans cette profession, où l'on est chaque jour écartelé entre son rêve et sa condition professionnelle, on y découvre le vrai sens de l'aventure d'une vie, de l'amitié, de la famille (car le monde de la restauratin s'appelle "la famille"), et Il nous fait égalemement comprendre que quand on entre en restauration, comme en religion, on doit trouver le courage d'aller au bout de sa passion…

1 commentaire:

VGM anciennement niniegm et Virginie a dit…

Moi aussi j'ai bien apprécié, mais mes Loupiots ont eu très peur des méchants assassins de rats...effectivement, ce n'est pas pour les petits!