lundi

Le verre






Comme le caractère des peuples, le caractère des vins obéit à des fatalités locales : sol, climat, exposition, et à des conjonctures historiques : vendanges, vinification, élevage, mise en bouteilles.
Mais si l’éducation humaine consiste à former des hommes vertueux et à leur apprendre à vieillir, l’élevage œnologique lui ressemble étrangement qui tend à donner aux vins les vertus de leurs terroirs et à leur préparer une parfaite vieillesse.
Il y a des vins qui ne se révèlent, qu’aux fins connaisseurs. Alors l’esprit, comme le vin, a besoin de mûrir.
Goûter le vin, comme goûter un mets, pour en déterminer le mérite ou les défauts, est un art plus difficile qu’on ne saurait penser, où tous les sens sont appeler à travailler.
L’homme qui arrive à la délicatesse et à la sûreté de sensation qui permettent d’apprécier avec certitude le liquide qui leur est soumis, aura su aller au plus profond de lui-même pour livrer ses sensations sans tabou.
Tout le monde peut donner son avis sur l’excellence d’un vin, qui correspond plutôt à la typicité de celui-ci, en se prononçant sur ses propriétés et son caractère réel. Il faut donc allier l’utilisation des sens à la mémoire exacte des sensations, et céder à l’argumentation issue des connaissances accumulées sur le sujet uval.
La vigne est une des richesse culturelle de la France, comme d’autres pays, et c’est peut être elle aussi qui est à l’origine de toutes les autres richesses, c'est-à-dire de sa verve artistique et du charme rude et traditionnel à la fois de son travail, des savoirs qui font de l’homme depuis de nombreuses générations un être riche.
Mais l’humble vigne qui court entre autre sur les coteaux d’Alsace, de Bourgogne, ou de Touraine, non loin des villages et lieux-dits de Rangen, Tannay, Vézelay, Cléry, Luynes et les autres, a droit aussi à notre reconnaissance car c’est elle qui a abreuvé longtemps le travailleur, réchauffé l’ouvrier et donné du courage aux braves. On pouvait dire en ces temps que « partout où la vigne croit, elle féconde le sol et enrichit le propriétaire et l’ouvrier ».
Les vins de nos jours voyagent beaucoup plus que leurs vinificateurs ou dégustateurs. Certes, ils plaident eux-mêmes victorieusement, et quelquefois difficilement, leur cause, mais ils ne racontent ni leur origine, ni leur histoire, ni leur berceau, ni ceux qui les ont élevés, commercialisés, où servis. Ce que le vin ne peut raconter, c’es à nous, curieux, amateur, avertis ou oenophile, de le raconter pour lui afin de perpétuer son hommage.


Que l’on soit amateur du vin ou averti, faites nous profiter de vos découvertes d'arômes, de votre vocabulaire et faites découvrir les astuces pour optimiser une cave ou comment choisir votre vin, comment lire les étiquettes afin qu’elles livrent leurs secrets, comment apprécier à leur juste valeur le savoir-faire des viticulteur et de leurs cépages, apportez nous quelques petits rappels d'histoire et toutes les différences entre les vins sec et demi-sec, entre les termes"Premier Cru", "Grand Cru, "Millésimé.
Au sortir de ce blog, j'espere vous aurez appris à apprécier le concentré de cultures et d’arômes qu’est un vin et aurez découvert les curiosités d’élaboration du vin


Kilien STENGEL

Aucun commentaire: