mercredi

Mes bonnes résolutions pour ce week-end

Mes bonnes résolutions pour ce week-end


Ranger ma cave

Ranger ma bibliothèque

Aller à la pêche avec des copains à Fouras

Manger plus de fruits pour ma ligne

La Gastronomie française : un mixed-grill des gastronomies régionales

A l'image du partchwork des régions françaises, notre gastronomie assemble et associe des cultures alimentaires et gastronomiques qui n'étaient pas obligatoirement faites pour se rencontrer.






















Des régions gastronomiques, telles la Guyenne ou le Morvan, ont disparu pour laisser place à des régions administratives. Demain de nouvelles régions administratives gommeront le travail culturel de nombreuses générations.

Pour exemple l'aligot et ses origines aveyronnaises. A l'origine, l'aligot est un mets originaire du plateau de l'Aubrac, qui s'est depuis répandu dans la région Auvergne et celle du Limousin. Le mot aligot est dérivé de « aliqu'ot », lui même dérivé du latin « aliquod » qui signifie « quelque chose ».

Une légende de l'Aubrac évoque la création de l'aligot par la rencontre des trois évêques des diocèses de Rodez, Mende et Saint-Flour au croisement des trois départements. À l'heure du repas, chacun aurait apporté un ingrédient : la tome du Rouergue, les pommes de terres d'Auvergne, le beurre, le lait et le savoir-faire du Gévaudan, ainsi serait né ce plat typique de l'Aubrac. La croix dite « croix des trois évêques », qui représente la jonction des trois diocèses (et départements), se retrouve ainsi associée à cette légende.

Le mélange des cultures l'emporte sur l'identité, recréant sans cesse une nouvelle identité culinaire. D'ailleurs je vous laisse découvrir ci-dessous une identité culinaire régionale d'aujourd'hui...




ZAZ LA TOURANGELLE CHANTE L'AVEYRON
Parole de L'aveyron 2:
Chez nous ça traîne pas dans les caves, à chercher à faire de l'or
Ça squatte avec du pain dans les grottes de Roqu'fort
Sa Majesté le Papillon, le Baragnaude et tous ses cousins
Bienvenue chez le 4P, adepte de daube et de sauce au vin
Chez nous, y a pas de braquages pour toucher la monnaie
Y a juste du braconnage de la truite saumonée.
Notre cartel est au Roqu'fort, c'que Médélin est à la coke, vieux.
Il dessert le monde entier avec son from ton blanc et bleu.
On a les gants en cuir d'Millau, probablement l'meilleur agneau,
On a l'pont le plus haut d'Europe, et certain'ment l'meilleur hip-hop.
Bienvenue dans l'Aveyron, bienvenue chez nous compagnon.
C'est en toute confiance, qu'on use le rap et son essence
Pour encenser l'département, et y faire allégeance.
J'aime le melsat et la poitrine farcie, Aveyron mon pays.
Moi j'aime le tripou et le flambadou, tout ça me rend fou.
J'aime la saucisse avec de l'aligot, j'te défonce ton frigo !
Moi j'aime les boites de pâté au Roquefort,
Le 12 est hardcore !!
Dans l'Sud du département, le hobby c'est l'élevage des brebis,
Après le dépeçage on en fait des habits
On reste New-York garçon, casquette en fourrure de mouton
Dans les années 70, y a eu une vague d'immigration
Des chevelus barbus fumeurs de joints, grosse consommation
Certains ont obtenu leurs papiers pour rester au pays
A la seule condition de fabriquer de bons produits
Je crois qu'il est l'heures de rendre hommage à cette vague hippie
Big up aux producteurs de fromage, et de vieux baguépis.
On t'accueille cet été pour les fêtes de nos villages
Rendez-vous collègue sur le comptoir on boit (boit)
Pas d'hésitations Ricard 51 de toute façon ça se boit (boit)
Tout l'monde a ses boules, son mètre et son titoulet
Soleil de plomb, « dechau », ambiance bal-musette
Concours de pétanque à la sablette,
Attention panorama du Larzac, j't e jure ça pète !
C'est la cour des miracles
Sur les boulodromes des villages, des personnages à part
Qui marquent l'histoire d'un canton
C'est pour ne pas les oublier que nous chantons l'Aveyron
Qu'est-ce qu'on est bien dans les collines au Sud du « Zedou »
On pèse plus que tu n'le crois, j'te parie une boite de tripoux
La mafia tient les brass'ries dans l'ensemble de Paris
On s'entraide autant qu'les Maliens à Montreuil Seine-Saint Denis…

vendredi

La cuisine de Régine Deforges

Adieu à Régine Déforges auteur d'un livre culinaire (Ma cuisine, 1991) parmi sa production littéraire prolifique. Une femme agréable et révolutionnaire à la fois que j'avais eu l'honneur de rencontrer

http://videos.lanouvellerepublique.fr/video/bf6793124dbs.html