jeudi

Meilleurs ouvriers de France : le concours

Nominations des Membres des jurys du concours Un des meilleurs ouvriers de France


Groupe I : métiers de la restauration et de l'hôtellerie

Classe : cuisine, gastronomie
- Ducasse Alain, président
- Maximin Jacques, meilleur ouvrier de France, vice-président
- Monsieur Roth Michel, meilleur ouvrier de France, vice-président
- Quantin Christophe, meilleur ouvrier de France, vice-président
- Abadie Jean Paul
- Abidi Lyes
- Adam Nicolas
- Adamski François, meilleur ouvrier de France
- Aida
- Albrecht Jean
- Alemany Olivier
- Alleno Yannick
- Monsieur Alonso Pascal
- Alves David
- Amat Jean-Marie
- Aminot Sébastien
- Andre Laurent
- Monsieur Andrieux Stéphane
- Anies Didier, meilleur ouvrier de France
- Anor Guillaume
- Ansanay Alex Jean Christophe
- Monsieur Anton Frédéric, meilleur ouvrier de France
- Antonin Philippe, meilleur ouvrier de France
- Arai Tsuyoshi
- Arbeit Marco
- Arhan Tristan
- Aribert Christophe
- Arlot Olivier
- Arnal Armand
- Arnould Vincent, meilleur ouvrier de France
- Arnoult Mickael
- Arrambide Philippe
- Attrazic Cyril
- Aubertin Jean-Claude
- Auge Philippe
- Monsieur Auger Pascal
- Auguy Isabelle
- Aumont Mathieu
- Azoulay Laurent
- Bach Bernard
- Bacquer Laurent
- Bacquie Christophe
- Monsieur Bacquie Frédéric
- Bajade Paul
- Bandecchi Josy
- Bansard Jérôme
- Banzo Jean Marc
- Barattero Joseph
- Baratto Armand
- Barbarin Olivier
- Barbet Mathieu
- Monsieur Barbot Pascal
- Monsieur Barcet André, meilleur ouvrier de France
- Bardet Jean
- Bardot Robert, meilleur ouvrier de France
- Barilone Davide
- Barnabet Jean Luc
- Barnachon Jacques
- Barthe Romain
- Bassi Marco
- Basso Moro Pierre
- Monsieur Bastian Pascal
- Bath Jean-Yves
- Battin Jean Pierre
- Baudic Jean-Marie
- Beaudiment Xavier
- Bechade Cédric
- Belissent Philippe
- Bellin Olivier
- Benallal Akrame
- Berard Jean-François
- Monsieur Berard René
- Berger Thierry
- Bernard Benoît
- Bernard Alain
- Bersano Fabrice
- Berthuit Martial
- Bertolino Robert, meilleur ouvrier de France
- Bertrand Jacques
- Bertranet Pierre
- Bertron Patrick
- Besson Gérard, meilleur ouvrier de France
- Bessoudo Dan
- Beurne Olivier
- Biancheri Gilles
- Biasiolo Fabrice
- Biffi Jean Pierre
- Billon Georges
- Billoux Jean-Pierre
- Binz Julien
- Monsieur Biscay Gabriel, meilleur ouvrier de France
- Bise Sophie
- Bisetto Davide
- Monsieur Bizat Frédérik
- Blanc Georges
- Monsieur Blanchet Michel
- Blandin Gilles, meilleur ouvrier de France
- Blondet François
- Blot Alain
- Blot Christophe
- Bocquillon Christophe
- Bocuse Paul, meilleur ouvrier de France
- Bohard Patrick
- Bohrer Philippe
- Boilay Éric
- Boivin Florent, meilleur ouvrier de France
- Bonavita Sébastien
- Bonnefoy Gérard
- Bonnet Sébastien
- Bonnet Anthony
- Bonnet Antonin
- Boquelet William
- Borie Jacques, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Borrell Pascal
- Bosquet Gilles
- Bossé Gérard
- Bostoen Jean-Paul, meilleur ouvrier de France
- Bottigliero Jean-Louis
- Bouchenoire Éric, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Bouchet Dominique
- Bouissou Philippe
- Boullault Thomas
- Bourdas Alexandre
- Bourdillat Mickey
- Monsieur Bourdin Michel
- Bourdon Hervé
- Bourgeois Faucon Yannick
- Bourillot Christian, meilleur ouvrier de France
- Bousquet Alexandre
- Boussard Olivier
- Bousseau Julien
- Boutte Éric
- Bouvarel Christian, meilleur ouvrier de France
- Boyer Jean Marc
- Bras Sébastien
- Brasleret Thomas
- Braun Philippe
- Brendel Jean-Luc
- Bret Cédrik
- Briand Marc
- Briens Caroline
- Briffard Éric, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Brisset Frédéric
- Brizard Guillaume
- Brochard Raymond
- Brochot Jérôme
- Broda Sébastien
- Brouillet Olivier
- Bru Wout
- Brugel Jean-Claude, meilleur ouvrier de France
- Brulard Olivier, Meilleur Ouvrier De France
- Brun Philippe
- Brunet Fabrice, Meilleur Ouvrier De France
- Bruno Clément
- Monsieur Bucaille Dominique
- Buecher Sébastien
- Buisset Éric
- Monsieur Buron Stéphane, meilleur ouvrier de France
- Bureau Jérôme
- Burtin Cédric
- Busset Hervé
- Buston Alain
- Cadieu Christophe
- Cagna Jacques
- Cahagnet Jean-Claude
- Caillault Patrice
- Caillet Pierre, meilleur ouvrier de France
- Caillot Anthony
- Cananzi Ange
- Canati Christophe
- Monsieur Carbone Stéphane
- Carette Jean-Michel
- Monsieur Carrade Stéphane
- Carree Philippe
- Carrier Pierre
- Monsieur Carrion Frédéric
- Carro Alain
- Castets Patrick
- Caussimon William
- Cavelier Christophe
- Monsieur Cayeux Pascal
- Monsieur Cecillon Dominique
- Monsieur Cesari Joël
- Cesne Laurent
- Monsieur Chabran Michel
- Chagny Chantal
- Chambaud Thierry
- Monsieur Chambon Daniel
- Monsieur Chambon Stéphane
- Chambru Sébastien, meilleur ouvrier de France
- Chanliaud Roland
- Chaplain Wilfrid
- Chapuis Yohann
- Monsieur Charial Jean André
- Charles Gilles
- Charpy Gilles
- Chartron Bruno
- Charvet Henri
- Chaufour Éric
- Monsieur Chaupitre Pascal
- Chauveau Francis
- Chauvel Jean
- Chavanon Christian
- Chay Akhara
- Chenet Serge, meilleur ouvrier de France
- Chesneau Gilles
- Chibois Jacques
- Chrétien Pierre
- Monsieur Christman Michel
- Cirino Bruno
- Clément Didier
- Clément Laurent
- Monsieur Cliche Michel, meilleur ouvrier de France
- Coisel Éric
- Colagreco Mauro
- Collin Mickaël
- Collombat Benjamin
- Combet Christophe
- Come Gérard
- Comes Christophe
- Constant Christian
- Constantin Bernard
- Conte Yoann
- Conte Thierry
- Corbiere Romain
- Cosme Christophe
- Couillon Alexandre
- Couron Jean-Michel
- Coussau Jean
- Cousseau Damien
- Coutanceau Grégory
- Coutanceau Christopher
- Coutanceau Richard
- Couturier Alain
- Crenn Jean-Yves
- Creuzet Eddy
- Crison Sébastien
- Crouzil Jean-Pierre
- Crouzil Maxime
- Monsieur Cudraz Michel
- Cune Hervé
- Cussac Christophe
- Da Assuncao Helder, meilleur ouvrier de France
- Da Silva Olivier
- Da Silva Philippe
- Daguin Arnaud
- Monsieur Dallais Jacky
- Dandine Mathias
- D'angelis Bruno
- Danjou Jean Luc, Meilleur Ouvrier De France
- Monsieur Darroze Claude
- Darroze Hélène
- Daulnay Richard
- Daumy Jean Jacques
- Daumy Hervé
- David Vincent
- De Anacleto José
- De Lauzin Matthieu
- Monsieur De Matteis Michel, meilleur ouvrier de France
- De Passorio Marc
- Decoret Jacques, meilleur ouvrier de France
- Delacourt Jean Marc, meilleur ouvrier de France
- Delarbre Laurent, meilleur ouvrier de France
- Delaune Philippe
- Delay Cédric
- Monsieur Del Burgo Michel
- Delerue Éric
- Delesderrier Jean-Pierre
- Deletombe Jacques
- Monsieur Deligne Claude, meilleur ouvrier de France
- Delpech Yannick
- Delrieu Jean-Michel
- Dequin Éric
- Monsieur Derbord Stéphane
- Desbordes Éric
- Desvilles Alain
- Dezavelle Jean Pierre
- Didiot Éric
- Donckele Arnaud
- D'onghia Stefano
- Monsieur Doucet Frédéric
- Douet Olivier
- Douysset Régis
- Drapeau Thierry
- Droz Hugues
- Dubois Jérôme, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Duca Frédéric
- Ducasse Philippe
- Ducos Philippe
- Ducote Julien
- Ducros Christophe
- Dufau Christophe
- Dufosse Christophe
- Dugognon Gilles
- Dupont Fabien
- Dupont Gérard
- Dupouy Christophe
- Monsieur Dupuy Stéphane, meilleur ouvrier de France
- Durand Vivien
- Durand Roland, meilleur ouvrier de France
- Duthey François
- Dutournier Alain
- Duval Marc
- Dziewulski Ludovic
- Eblin Jean-Michel
- Edon Didier
- Egloff Lydia
- Elena Didier
- Elliott William
- Enguehard Martial, meilleur ouvrier de France
- Enjalran David
- Escale-Benedeyt Rémy
- Eschalier Patrice
- Etchebest Philippe, meilleur ouvrier de France
- Etcheverry David
- Eteocle Gilles, meilleur ouvrier de France
- Etienne Christian
- Monsieur Ettlinger Daniel
- Ezler Olivier
- Fabregues Alain, meilleur ouvrier de France
- Fage Fabien
- Fages Nicolas
- Fagette Damien
- Faivre Marc
- Fajeau Jean, meilleur ouvrier de France
- Fassenet Romuald, meilleur ouvrier de France
- Fau Jean-Luc
- Faure Jérôme
- Faure David
- Fauries Yannick
- Faussat Jacques
- Monsieur Favre D'anne Pascal
- Faye Arnaud
- Feldmann Fabian
- Ferigutti Franck, meilleur ouvrier de France
- Fernandes Thierry
- Ferre David
- Feuvrier Philippe
- Monsieur Fieger René
- Fillaire Gérard
- Finet Thierry
- Finon  Éric, meilleur ouvrier de France
- Fischnaller Patrick
- Fleury Jean, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Fonseca Dominique, meilleur ouvrier de France
- Fontaine Matthieu
- Fontes Charles
- Foucat Jean-Philippe
- Foucher Marc, meilleur ouvrier de France
- Fourcadet Marc
- Fournier Baptiste
- Frachot William
- Franc Denis
- Franques Yannick, meilleur ouvrier de France
- Frechin Patrick
- Frechon Éric, meilleur ouvrier de France
- Freon Jacky
- Frion Nicolas
- Fuchs Benoit
- Fulci Michaël
- Fulgraff Patrick
- Monsieur Fumiokudaka Raphaël
- Fusco Anthony
- Gabarrus Francis
- Monsieur Gaborieau Stéphane, meilleur ouvrier de France
- Gagnaire Pierre
- Gagnaire François
- Gahinet Patrice
- Galibert Fabien
- Galindon Philippe
- Gamel Luc, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Gangneux Michel
- Garanger Damien
- Monsieur Garault Joël
- Garcia Gérald
- Gardillou Alain
- Garreau Roland, meilleur ouvrier de France
- Garret Philippe
- Garzia Jean-Claude, meilleur ouvrier de France
- Gauchet Benoit
- Gaulin Christian
- Gaultier Patrick
- Gauthier Alexandre
- Gautier Jean Marie, meilleur ouvrier de France
- Gauvreau Philippe
- Gay-Para Paul
- Genoux Robert, meilleur ouvrier de France
- Germain Christian
- Germond Jean-Luc
- Monsieur Gesbert Rachel
- Gillot Jean-Pierre
- Monsieur Ginoux Pascal
- Girardin Éric
- Girardin Jean-François, meilleur ouvrier de France
- Girardon Philippe, meilleur ouvrier de France
- Giraud Sébastien
- Giraud Lionel
- Giraud Rémy
- Monsieur Giraudeau Dominique
- Giroux Philippe
- Githenay Lionel
- Monsieur Gleize Jany
- Gobet Philippe, meilleur ouvrier de France
- Gohier Sylvain
- Goiffon Didier
- Gomez Guillaume
- Monsieur Gonzales Daniel
- Goto Kunihisa
- Goujon Gilles, meilleur ouvrier de France
- Gouloumes Serge
- Gourvat Gilles
- Gracieux Mickaël
- Mme Grattard Adeline
- Grave Sébastien
- Monsieur Griere Pascal, meilleur ouvrier de France
- Grimaud Lilian
- Grondard Louis, meilleur ouvrier de France
- Grosjean Christophe
- Grospellier Sébastien
- Groult Philippe, meilleur ouvrier de France
- Gueho Jean-Yves
- Monsieur Guérard Michel, meilleur ouvrier de France
- Guerin Jean Luc
- Guerin Éric
- Guichard Benoit, meilleur ouvrier de France
- Guillemot Sylvain
- Monsieur Guillet Joël
- Guilloux Guy
- Guyon Gilbert
- Haberland Cyril
- Haddouche Mourad
- Haeberle Lionel
- Haeberlin Marc
- Hagnerelle Christophe
- Monsieur Haissant Stéphane
- Hamamo Masafumi
- Hardy Philippe
- Hardy Patrice
- Hartmann Jean Paul
- Haton Christophe, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Hebrard Emmanuel
- Hellio Maximin
- Monsieur Hellio Michel
- Henaff Lionel
- Monsieur Henin Dany
- Henriroux Patrick
- Monsieur Hernandez Emmanuel
- Herraiz Alberto
- Monsieur Hodencq Emmanuel
- Houssin Erwan
- Hubert Christophe
- Huguet Laurent
- Monsieur Hulin Michel
- Monsieur Husser Michel
- Ibarboure Philippe
- Ibarboure Martin
- Ijichi Masashi
- Isabal Xavier
- Isnard Nicolas
- Issautier Jean-François
- Jacob Jean Pierre
- Jacquier William, meilleur ouvrier de France
- Jaguin Jean-Yves
- Monsieur Jaguin Daniel
- Jallerat Bertrand
- Jaloux Roger, meilleur ouvrier de France
- Janisch Lutz
- Jean-Marie-Desiree Hugo
- Jeffroy Patrick
- Jego Philippe, meilleur ouvrier de France
- Jeudi Antoine
- Jeunet Jean Paul
- Jimenez Thierry
- Joannes Philippe, meilleur ouvrier de France
- Jouanin Gilbert, meilleur ouvrier de France
- Jouhaud Jean Luc
- Jourdin Philippe, meilleur ouvrier de France
- Jousse Philippe
- Juhel Patrick, meilleur ouvrier de France
- Jung Emile
- Kanayama Yasuhiro
- Karsenty Christian
- Monsieur Kayser Michel
- Keff Marcel
- Kergourlay Mathieu
- Khoury Clovis
- Kieffer Yves
- Kieny Jean-Marc
- Klein Jean Georges
- Klimenko Alexandre
- Klisz Laurent
- Klopp Marie-Christine
- Kobayashi Kei
- Koehler Gilbert
- Krenzer Guy, meilleur ouvrier de France
- Kukurutz Patrice
- Monsieur Labarrere Daniel
- Labbe Philippe
- Laborde Antoine
- Lachaux François, meilleur ouvrier de France
- Lacombe Jean Paul
- Lagnes Patrick
- Lagraula Philippe
- Lalleman Robert
- Lallement Arnaud
- Lamarque Jacques
- Lambolez Éric
- Lameloise Jacques
- Lapaige Laurent
- Lassausaie Guy, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Latrille Michel
- Laurent Jérôme
- Laurenty Ludovic
- Monsieur Laurier Stéphane
- Lavaux Ivan
- Le Bail Loïc
- Le Bec Nicolas
- Le Bigot Philippe
- Le Chevalier Benjamin
- Le Comte David
- Le Divellec Jacques
- Le Fur Christophe
- Le Guen Patrick
- Le Lay Philippe
- Le Minier Jérôme, meilleur ouvrier de France
- Le Quillec François
- Le Scavarec Yann
- Le Squer Christian
- Le Tohic Claude, meilleur ouvrier de France
- Lebrun Maxime
- Lecerf Éric
- Lechevalier Jean-Paul, meilleur ouvrier de France
- Leclerc Jean-Claude
- Leclerc Cyril
- Leclercq Nicolas
- Leclerre Johan, meilleur ouvrier de France
- Lecoin Loïc
- Lecomte Régis
- Lecossec Alain, Meilleur Ouvrier De France
- Lecourtois Alain
- Ledeuil William
- Lefebvre Loïc
- Lefebvre Élisabeth
- Lefebvre Fabien, meilleur ouvrier de France
- Lefèvre Joël
- Le Forestier Ludovic
- Legay Guy, meilleur ouvrier de France
- Legendre Philippe, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Leger Stéphane
- Monsieur Legras Claude, meilleur ouvrier de France
- Lelievre Mickaël
- Lemarie Julien
- Lemercier Jean François, meilleur ouvrier de France
- Lemercier Guy, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Lemonic Claude
- Monsieur Lentz Michel
- Leprince Bernard, meilleur ouvrier de France
- Lequet Richard
- Leray Bernard
- Monsieur Leron Daniel, meilleur ouvrier de France
- Leroy Franck, meilleur ouvrier de France
- Lestienne Tony
- Leuranguer Jean Yves, meilleur ouvrier de France
- Levy Lionel
- Lherm Christian
- L'Hourre Jean-Luc, meilleur ouvrier de France
- Lignac Cyril
- Lisseri Yannis
- Llorca Alain
- Locatelli Bruno
- Lor Philippe
- Monsieur Lorain Michel
- Lorlut Benoit
- Lot Christophe
- Louaze Jacky
- Loubet Édouard
- Louet Guillaume
- Lozac'h Olivier
- Lucas Vincent
- Lugrin Vincent
- Lussault Hervé
- Machet Julien
- Maetz Hubert
- Magie Nicolas
- Maillet Pierre
- Maio Éric
- Maire Éric
- Majourel Anne
- Malvaës Patrick
- Mamet Jérôme
- Manent Éric
- Marco Richard
- Marco Claude
- Marcon Régis
- Marcon Jacques
- Mariller Bernard
- Marin Pierre
- Marion Pierre
- Mariottat Éric
- Marrazzo Attilio
- Marseault Julien
- Martin Guy
- Martin Jean-Claude
- Martinez Manuel, meilleur ouvrier de France
- Marx Thierry
- Masse Nicolas
- Masse Jean Jacques, meilleur ouvrier de France
- Masson Jérôme
- Mathieu Xavier
- Mathis Ernest
- Matsushima Keisuke
- Maubert Anthony
- Mazeau Grégory
- Mazere Roland
- Monsieur Meilleur René
- Meilleur Maxime
- Mendès Nicolas
- Meneau Marc
- Mengus Fabien
- Monsieur Meulien Valery
- Meurin Marc
- Monsieur Michel Jacky
- Michelet Thierry
- Michelon Patrick
- Mignard Éric
- Mihura Alain
- Mille Philippe, meilleur ouvrier de France
- Millet Christian
- Million Michel
- Millo Christian
- Millo Thomas
- Minet Daniel
- Mischler Fernand
- Miura Yoshi
- Mobihan Luc
- Moine Christian
- Moisand Christophe
- Molveaux Jean-Marc
- Monmessin Jerry
- Monnaie Jean-Paul
- Monnier Louis
- Monnier Marion
- Monnoir Bruno
- Monpach Jean Marc
- Montbabut Julien
- Montigny Alain, meilleur ouvrier de France
- Morando Rémy
- Moreau Gilles
- Moret Christophe
- Morin Jérémy
- Morisset Christian
- Morvan Yvon
- Mourcely Yves
- Moureaux François
- Mouton Nicolas
- Muguet Olivier
- Muller Christophe, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Nallet Aimé, meilleur ouvrier de France
- Nasti Olivier, meilleur ouvrier de France
- Natali Jean-Baptiste
- Monsieur Nave Michel, meilleur ouvrier de France
- Nee Christian, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Nibaudeau Pascal
- Nizzero Michael
- Nobis Hubert
- Nobis Nicolas
- Noguier Jean-Jacques
- Nolin Jérôme
- Nomicos Jean-Louis
- Monsieur Normand Joël, meilleur ouvrier de France
- Nutile Jérôme, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Obriot Claudy
- Oger Bruno
- Ogheard Patrick
- Olry Patrick
- Omiya Toshitaka
- Ongaro Alexandre
- Ordas Ludovic
- Monsieur Orieux Gaël
- Orillac Alain
- Orsi Pierre, meilleur ouvrier de France
- Outhier Louis Henry
- Pacaud Bernard
- Paccard Georges
- Pacheco Christophe, meilleur ouvrier de France
- Page William
- Pansu Éric, meilleur ouvrier de France
- Parodi Alain
- Passard Alain
- Passedat Gérald
- Pastoureau Jean-Claude, meilleur ouvrier de France
- Paul François
- Paulus Herve Paulus
- Pauvert Paul
- Pavard Alain
- Pegouret Alain
- Pele Christophe
- Pelissou Alexis
- Pequet Jean-Claude, meilleur ouvrier de France
- Perol Jean-Philippe
- Peron Yoann
- Perraud François
- Perrier Bernard
- Perrillat-Mercerot Alain
- Petagna Franck, meilleur ouvrier de France
- Peters Mickaela
- Petit Laurent
- Peugeot Laurent
- Peyre Christian
- Philippin Serge
- Pic Anne-Sophie
- Piege Jean-François
- Pignol Patrick
- Pihours Mickaël
- Pilloud Christian
- Pinaud Bernard
- Plumail Christian
- Plumex Charles
- Poesson Geoffroy
- Poinot Baptiste
- Poire Bruno
- Poitevin Laurent
- Ponsart Marie France
- Portier Pierre, meilleur ouvrier de France
- Portos Michel
- Pourcel Jacques
- Pourcel Laurent
- Pouvel Georges
- Poyac Gilles, meilleur ouvrier de France
- Pras Éric, meilleur ouvrier de France
- Prevôt Jean-Jacques
- Prevot-Carme Olivier
- Prochasson Fabrice, meilleur ouvrier de France
- Prouteau Richard
- Puech Louis-Bernard
- Putelat Franck
- Quinton Franck
- Rabanel Jean Luc
- Raimbault Antoine
- Monsieur Raimbault Stéphane
- Raingeard Patrick
- Rambaud Bernard
- Reboul Pierre
- Reichrath Raoul
- Reinhardt Gilles, meilleur ouvrier de France
- Reix Alain
- Renard Philippe
- Renaud Christophe
- Monsieur Renaut Emmanuel, meilleur ouvrier de France
- Renimel Frank
- Renou Thierry
- Monsieur Retif Stéphane
- Richard Sébastien
- Rieubland Jean-Denis, meilleur ouvrier de France
- Rigal Laurent
- Rigothier Pierre
- Monsieur Ringer Stéphane
- Rispoli Roberto
- Rizet Jean Christophe
- Monsieur Robert Frédéric
- Robert Éric, meilleur ouvrier de France
- Robin Bernard
- Monsieur Robuchon Joël, meilleur ouvrier de France
- Rocha Jean-Luc, meilleur ouvrier de France
- Roche Fabrice
- Monsieur Rochedy Michel
- Rodrigez Hervé
- Roellinger Ollivier
- Rolancy Jacques, meilleur ouvrier de France
- Madame Rosier Andrée, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Rostang Michel
- Roucheteau Julien
- Rouillard Gérard, meilleur ouvrier de France
- Rouquette François
- Rouquier Bruno
- Roure Christophe, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Roy Michel
- Monsieur Roy Joël, meilleur ouvrier de France
- Royer Romuald
- Monsieur Ruz Emmanuel
- Ryon Jérôme
- Sabine Jean
- Sale Nicolas
- Salvan Guillaume
- Salvat Marie Rougier
- Sammut Reine
- Sampietro Éric
- Samson Éric
- Samson Olivier
- Sana Éric
- Monsieur Sandrini Frédéric
- Sanjou Sébastien
- Sapet Éric
- Monsieur Sarran Michel
- Sarthou Benoit
- Sato Shinichi
- Saudeau Laurent
- Sauton Hervé
- Savoy Guy
- Schieb Alain, meilleur ouvrier de France
- Schillinger Jean-Yves
- Schmitt Georges Victor
- Schneider Stéphan
- Schwartz Thierry
- Schwitalla Jan
- Scott Simon
- Monsieur Sebilleau Frédéric
- Senderens Alain
- Sendra Sylvain
- Serin-Moulin Thibaut
- Serouart Denis
- Sevellec Sébastien
- Monsieur Simonin Frédéric
- Sinicropi Christian
- Soliveres Alain
- Sombardier Thibault
- Souchon Christophe
- Souliac Alain
- Soulie Nicolas
- Sourrieu Guillaume
- Stamm Nicolas
- Sulpice Jean
- Tabourdiau Émile, meilleur ouvrier de France
- Tachet Jean-Marc, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Taffarello Claude
- Taffart Xavier
- Tartarin Jean-Luc
- Tellechea Jean-Claude
- Tetedoie Christian, meilleur ouvrier de France
- Thiercelin Thierry
- Thirouard Serge
- Thoelen Bart
- Thomasson Julien
- Thorel Jacques
- Thuin Guillaume
- Thuries Yves, meilleur ouvrier de France
- Thyriot Johan
- Tirel Guillaume
- Tissot Davy, meilleur ouvrier de France
- Tizon Marc
- Toix Richard
- Tormamen Jouni
- Toulejbiez Jean Pierre, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Toulousy Dominique, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Toulza Pascal
- Tournadre Gilles
- Monsieur Tournie Stéphane
- Toursel Benjamin
- Tourteaux Mickaël
- Monsieur Trama Michel
- Trochain Laurent
- Trochon Éric, meilleur ouvrier de France
- Troisgros Pierre
- Monsieur Truchon Michel
- Turin Jean-Michel
- Uido Tomohiro
- Vaillant Pierre
- Vallette Anthony
- Vandriessche Yorann
- Vaque David
- Monsieur Vardon Frédéric
- Vautier Ivan
- Vequaud Aurélien
- Verrat Thierry
- Vetele Philippe
- Veyrat Marc
- Viala Guillaume
- Viannay Mathieu, meilleur ouvrier de France
- Vidal Éric
- Vidal Benoit
- Vieira Serge
- Viel Glenn
- Vigato Jean-Pierre
- Vignat Gérard, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Vignaud Michel
- Villain Bernard
- Villemin Loic
- Viola Joseph, meilleur ouvrier de France
- Violier Benoît, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Vionnet Raphaël
- Visciano Antoine
- Vitu Fabrice
- Monsieur Vuillemin Pascal
- Vullin Fabrice
- Wagner Axel
- Wahid Sylvestre
- Westermann Antoine
- Willer Christian
- Yoshino Tateru
- Yoshitake Hiroki
- Zanoni Simone
- Zen Cyrille
- Zieger Philippe
- Zuchmanski Arkadiusz
- Zuddas David

Classe : sommellerie
- Faure-Brac Philippe, président
- Dubs Serge, vice président
- Monsieur Hermet Michel, vice président
- Allarousse Maryse
- Monsieur Berges René
- Biraud David, meilleur ouvrier de France
- Blanc Georges
- Boudin Jacques
- Bureau Didier
- Chambost Arnaud, meilleur ouvrier de France
- Derhe Laurent, meilleur ouvrier de France
- Dore Catherine
- Duret Éric, meilleur ouvrier de France
- Dutournier Alain
- Jamrozik Jean-Luc
- Lepre Georges
- Margeon Gérard
- Pallanca Jean
- Pechoutre Christian, meilleur ouvrier de France
- Petrus Antoine, meilleur ouvrier de France
- Peyrondet Manuel, meilleur ouvrier de France
- Poussier Olivier
- Roffet Benjamin, meilleur ouvrier de France
- Sommier Fabrice, meilleur ouvrier de France
- Monsieur Trama Michel

Classe : gouvernant(e) des services hôteliers
- Spitz Nicole, présidente
- Davroux Régine, vice-présidente
- Le Ru Xavier
- Monsieur Brun Pascal
- Lallemand Marie-Béatrice
- Libert Willy
- Monsieur Groel Pascal
- Chevalier Paul
- Le Ru Nathalie
- Veyssiere Corinne
- Manceaux Benoit
- Le Berre Loïc
- Legros Linda
- Tetevuide Marie-Claude
- Derex Patricia
- Vigneront Stéphanie
- Kouyoumji Sandrine, meilleur ouvrier de France
- Grillot Patrick
- Ludwiczak Nicole
- Madame Mugica Michèle
- Datwiler Cécile
- Monsieur Dauriac Frédéric
- Toussaint Nora
- Carbonell Bruno-Noël
- Tonneau Patrick
- Le Nagard Monique

mardi

Barbecue sous la pluie

Poésie du jour:
Oubliez votre BBQ
la pluie est au rendez-vous
Rentrez saucisses et boudins
et attendez dimanche prochain






lundi

Récit de mes vacances





J'arrivai à l'hôtel de la poste à Martigny vers les quatre heures
du soir.
Pardieu, dis-je au maître de la maison, en posant mon bâton
ferré dans l'angle de la cheminée, et en ajustant mon chapeau de
paille au bout de mon bâton, - il y a une rude trotte de Bex ici.
- Six petites lieues de pays, monsieur.
Oui, qui en font douze de France à peu près. - Et d'ici à
Chamouni ?
- Neuf lieues.
- Merci. - Un guide demain à six heures du matin.
- Monsieur va à pied ?
- Toujours.
Et je vis que si mes jambes gagnaient quelque chose en
considération dans l'esprit de notre hôte, c'était certainement aux
dépens de ma position sociale.
- Monsieur est artiste ? continua mon hôte.
- A peu près.
- Monsieur dîne-t-il ?
- Tous les jours et religieusement.

En effet, comme les tables d'hôte sont assez chères en Suisse,
et que chaque dîner coûte quatre francs, prix fait d'avance, et sur
lequel on ne peut rien rabattre, j'avais long-temps, dans mes
projets d'économie, essayé de rattraper quelque chose sur cet
article. Enfin, après de longues méditations, j'étais parvenu à
trouver un terme moyen entre la rigidité scrupuleuse des
hôteliers et le cri de ma conscience : c'était de ne me lever de
table qu'après avoir mangé pour une valeur comparative de six
francs ; de cette manière, mon dîner ne me coûtait que quarante
sous. Seulement, en me voyant acharné à l'oeuvre et en
m'entendant dire : Garçon, le second service, - l'hôte marmottait
entre ses dents : Voilà un Anglais qui parle fort joliment le
français.
Vous voyez que le maître de l'auberge de Martigny n'était pas
doué de la science physionomique de son compatriote Lavater,
puisqu'il osait me faire cette question au moins impertinente :
- Monsieur dîne-t-il ?
Lorsqu'il eut entendu ma réponse affirmative : - Monsieur
est bien tombé aujourd'hui, continua-t-il, nous avons encore de
l'ours.
- Ah ! ah ! fis-je, médiocrement flatté du rôti. - Est-ce que
c'est bon votre ours ?
L'hôtelier sourit en secouant la tête avec un mouvement de
haut en bas, qui pouvait se traduire ainsi : Quand vous en aurez
goûté, vous ne voudrez plus manger d'autre chose.
- Très bien, continuai-je, et à quelle heure votre table d'hôte ?
- A cinq heures et demie.
Je tirai ma montre, il n'était que quatre heures dix minutes.-
C'est bon , dis-je à part moi, j'aurai le temps d'aller voir le vieux
château.
- Monsieur veut-il quelqu'un pour le conduire, et pour lui
expliquer de quelle époque il est ? me dit l'hôte, répondant à mon
à parte.
- Merci, je trouverai mon chemin tout seul ; quant à l'époque
à laquelle remonte votre château, ce fut Pierre de Savoie,
surnommé le Grand, qui, si je ne me trompe, le fit élever vers la
fin du douzième siècle.
- Monsieur sait notre histoire aussi bien que nous.
Je le remerciai pour l'intention, car il était évident qu'il
croyait me faire un compliment.
- Oh ! reprit-il, c'est que notre pays a été fameux autrefois ; il
avait un nom latin, il a soutenu de grandes guerres, et il a servi de
résidence à un empereur de Rome.
- Oui, repris je en laissant, comme le professeur du
Bourgeois gentilhomme, tomber négligemment la science de mes
lèvres ; oui, Martigny est l'Octodurum des Celtes, et ses habitans
actuels sont les descendans des Véragrians dont parlent César,
Pline, Strabon et Tite-Live, qui les appellent même demi-
Germains. Cinquante ans environ avant Jésus-Christ, Sergius
Galba, lieutenant de César, y fut assiégé par les Sédunois ;
l'empereur Maximien y voulut faire sacrifier son armée aux faux
dieux, ce qui donna lieu au martyre de saint Maurice et de toute
la légion thébéienne ; enfin, lorsque Pétronius, préfet du prétoire,
fut chargé de diviser les Gaules en dix-sept provinces, il sépara le
Valais de l'Italie, et fit de votre ville la capitale des Alpes
pennines, qui devaient former avec la Tarentaise la septième
province viennoise. -N'est-ce pas cela, mon hôte ?
Mon hôte était stupéfait d'admiration. - Je vis que mon effet
était produit, je m'avançai vers la porte, il se rangea contre le mur
le chapeau à la main, et je passai fièrement devant lui, fredonnant
aussi faux que cela m'est possible
Viens, gentille dame,
Viens, je t'attends !...
Je n'avais pas descendu dix marches, que j'entendis mon
homme, crier à tue tête au garçon
- Préparez pour monsieur le n° 3. - C'était la chambre où
avait couché Marie-Louise, lorsqu'elle passa à Martigny en 1829.
Ainsi mon pédantisme avait porté le fruit que j'en espérais. Il
m'avait valu le meilleur lit de l'auberge, et depuis que j'avais
quitté Genève, les lits faisaient ma désolation.
C'est qu'il faut vous dire que les lits suisses sont composés
purement et simplement d'une paillasse, et d'un sommier sur
lequel on étend, en le décorant du titre de drap, une espèce de
nappe, si courte qu'elle ne peut ni se replier à l'extrémité
inférieure, sous le matelas, ni se rouler à l'extrémité supérieure,
autour du traversin, de sorte que les pieds ou la tête en peuvent
jouir alternativement, il est vrai, mais jamais tous deux à la fois.
Ajoutez à cela que de tous côtés, le crin sort raide et serré à
travers la toile, ce qui produit sur la peau du voyageur le même
effet à peu près que s'il était couché sur une immense brosse à
tête.
C'est donc bercé par l'espérance d'une bonne nuit, que je fis
dans la ville et dans les environs une tournée d'une heure et
demie, espace de temps suffisant pour voir tout ce qu'offre de
remarquable l'ancienne capitale des Alpes pennines.
Lorsque je rentrai, les voyageurs étaient à table : je jetai un
coup-d'oeil rapide et inquiet sur les convives ; toutes les chaises se
touchaient, et toutes étaient occupées, je n'avais pas de place !...
Un frisson me courut par tout le corps, je me retournai pour
chercher mon hôte. Il était derrière moi. Je trouvai à sa figure une
expression méphistophélétique. - Il souriait.
- Et moi, lui dis-je, et moi, malheureux !...
- Tenez, me dit-il, en m'indiquant du doigt une petite table à
part ; - tenez, voici votre place, un homme comme vous ne doit
pas manger avec tous ces gens-là.
- Oh ! le digne Octodurois ! - et je l'avais soupçonné !...
C'est qu'elle était merveilleusement servie ma petite table. -
Quatre plats formaient le premier service, et au milieu était un
beeftsteak d'une mine à faire honte à un beefsteak anglais !... Mon
hôte vit qu'il absorbait mon attention. Il se pencha mystérieusement
à mon oreille ; - Il n'y en aura pas de pareil pour tout le monde,
me dit-il.
- Qu'est-ce donc que ce beefsteak ?
- Du filet d'ours ! rien que cela !
J'aurais autant aimé qu'il me laissât croire que c'était du filet
de boeuf.
Je regardais machinalement ce mets si vanté, qui me
rappelait ces malheureuses bêtes que, tout petit, j'avais vues,
rugissantes et crottées avec une chaîne au nez et un homme au
bout de la chaîne, danser lourdement, à cheval sur un bâton,
comme l'enfant de Virgile ; j'entendais le bruit mat du tambour
sur lequel l'homme frappait, le son aigu du flageolet dans lequel il
soufflait, et tout cela ne me donnait pas, pour la chair tant vantée
que j'avais devant les yeux, une sympathie bien dévorante. -
J'avais pris le beefsteak sur mon assiette, et j'avais senti, à la
manière triomphante dont ma fourchette s'y était plantée, qu'il
possédait au moins cette qualité qui devait rendre les moutons de
mademoiselle Scudéry si malheureux. Cependant j'hésitais
toujours, le tournant et retournant sur ses deux faces rissolées,
lorsque mon hôte, qui me regardait sans rien comprendre à mon
hésitation, me détermina par un dernier : goûtez-moi cela, et
vous m'en direz des nouvelles.


En effet, j'en coupai un morceau gros comme une olive, je
l'imprégnai d'autant de beurre qu'il était capable d'en éponger, et
en écartant les lèvres, je le portai à mes dents plutôt par mauvaise
honte, que dans l'espoir de vaincre ma répugnance. Mon hôte,
debout derrière moi, suivait tous mes mouvemens avec
l'impatience bienveillante d'un homme qui se fait un bonheur de
la surprise que l'on va éprouver. La mienne fut grande, je l'avoue.
Cependant je n'osai tout à coup manifester mon opinion, je
craignais de m'être trompé ; je recoupai silencieusement un
second morceau d'un volume double à peu près du premier, je lui
fis prendre la même route avec les mêmes précautions, et quand
il fut avalé : Comment, c'est de l'ours ! dis-je.
- De l'ours.
- Vraiment ?
- Parole d'honneur.
- Eh bien ! c'est excellent,
Au même instant on appela à la grande table mon digne hôte,
qui, rassuré par la certitude que j'allais faire honneur à son mets
favori, me laissa en tête-à-tête avec mon beefsteak. - Les trois
quarts avaient déjà disparu lorsqu'il revint, et reprenant la
conversation où il l'avait interrompue
- C'est, me dit-il, que l'animal auquel vous avez affaire était
une fameuse bête. -J'approuvai d'un signe de tête.
- Pesant trois cent vingt !
- Beau poids ! - Je ne perdais pas un coup de dent.
- Qu'on n'a pas eu sans peine, je vous en réponds.
- Je crois bien ! ! - Je portai mon dernier morceau à ma
bouche.
- Ce gaillard-là a mangé la moitié du chasseur qui l'a tué.
Le morceau me sortit de la bouche comme repoussé par un
ressort.
- Que le diable vous emporte, dis-je, en me retournant de son
côté, de faire de pareilles plaisanteries à un homme qui dîne...
- Je ne plaisante pas, monsieur, c'est vrai comme je vous le
dis.
Je sentais mon estomac se retourner.
- C'était, continua mon hôte, un pauvre paysan du village de
Fouly, nommé Guillaume Mona. L'ours, dont il ne reste plus que
ce petit morceau que vous avez là sur votre assiette, venait toutes
les nuits voler ses poires, car à ces bêtes tout est bon. Cependant
il s'adressait de préférence à un poirier chargé de crassanes.
Qu'est-ce qui se douterait qu'un animal comme ça a les goûts de
l'homme, et qu'il ira choisir dans un verger justement les poires
fondantes ? Or le paysan de Fouly préférait aussi par malheur les
crassanes à tous les autres fruits. Il crut d'abord que c'étaient des
enfans qui venaient faire du dégât dans son clos ; il prit en
conséquence son fusil, le chargea avec du gros sel de cuisine, et se
mit à l'affût. Vers les onzes heures, un rugissement retentit dans
la montagne. - Tiens, dit-il, il y a un ours dans les environs. Dix
minutes après, un second rugissement se fit entendre, mais si
puissant, mais si rapproché, que Guillaume pensa qu'il n'aurait
pas le temps de gagner sa maison, et se jeta à plat-ventre contre
terre, n'ayant plus qu'une espérance que c'était pour ses poires et
non pour lui que l'ours venait. Effectivement l'animal parut
presque aussitôt au coin du verger, s'avançant en droite ligne vers
le poirier en question, passa à dix pas de Guillaume, monta
lestement sur l'arbre dont les branches craquaient sous le poids
de son corps, et se mit à y faire une consommation telle qu'il était
évident que deux visites pareilles rendraient la troisième inutile.
Lorsqu'il fut rassasié, l'ours descendit lentement, comme s'il avait
du regret d'en laisser, repassa près de notre chasseur, à qui le
fusil chargé de sel ne pouvait pas être dans cette circonstance
d'une grande utilité, et se retira tranquillement dans la montagne.
Tout cela avait duré une heure à peu près, pendant laquelle le
temps avait paru plus long à l'homme qu'à l'ours.
Cependant l'homme était un brave.... et il avait dit tout bas en
voyant l'ours s'en aller : C'est bon, va-t'en, mais ça ne se passera
pas comme ça, nous nous reverrons. Le lendemain, un de ses
voisins qui le vint visiter, le trouva occupé à scier en lingots les
dents d'une fourche. - Qu'est-ce que tu fais donc là ? lui dit-il.- Je
m'amuse, répondit Guillaume.
Le voisin prit les morceaux de fer, les tourna et les retourna
dans sa main en homme qui s'y connaît, et après avoir réfléchi un
instant : Tiens, Guillaume, dit-il, si tu veux être franc, tu avoueras
que ces petits chiffons de fer sont destinés à percer une peau plus
dure que celle d'un chamois.
- Peut-être ! répondit Guillaume.
- Tu sais que je suis bon enfant, reprit François, - c'était le
nom du voisin. - Eh bien ! si tu veux, à nous deux l'ours, deux
hommes valent mieux qu'un.
- C'est selon, dit Guillaume, et il continua de scier son
troisième lingot.
- Tiens, continua François, je te laisserai la peau à toi tout
seul, et nous ne partagerons que la prime(1) et la chair.

(1) Le gouvernement accorde une prime de 80 fr. par chaque ours tué.


- J'aime mieux tout, dit Guillaume.
- Mais tu ne peux pas m'empêcher de chercher la trace de
l'ours dans la montagne, et si je la trouve, de me mettre à l'affût
sur son passage.
- Tu es libre. - Et Guillaume, qui avait achevé de scier ses
trois lingots, se mit, en sifflant, à mesurer une charge de poudre
double de celle que l'on met ordinairement dans une carabine.
- Il paraît que tu prendras ton fusil de munition, dit François.
- Un peu ! trois lingots de fer sont plus sûrs qu'une balle de
plomb.
- Cela gâte la peau.
- Cela tue plus raide.
- Et quand comptes-tu faire ta chasse ?
- Je te dirai cela demain.
- Une dernière fois, tu ne veux pas ?
- Non.
- Je te préviens que je vais chercher la trace.
- Bien du plaisir.
- A nous deux, dis ?
- Chacun pour soi.
- Adieu, Guillaume !
- Bonne chance, voisin !
-
Et le voisin, en s'en allant, vit Guillaume mettre sa double
charge de poudre dans son fusil de munition, y glisser ses trois
lingots et poser l'arme dans un coin de sa boutique. Le soir, en
repassant devant la maison, il aperçut sur le banc qui était près de
la porte Guillaume assis et fumant tranquillement sa pipe. Il vint
à lui de nouveau.
- Tiens, lui dit-il, je n'ai pas de rancune. J'ai trouvé la trace
de notre bête ; ainsi je n'ai plus besoin de toi. Cependant je viens
te proposer encore une fois de faire à nous deux.
- Chacun pour soi, dit Guillaume.

C'est le voisin qui m'a raconté cela avant-hier, continua mon
hôte, et il me disait : -Concevez-vous, capitaine, car je suis
capitaine dans la milice, concevez-vous ce pauvre Guillaume ? Je
le vois encore sur son banc, devant sa maison, les bras croisés,
fumant sa pipe, comme je vous vois. Et quand je pense enfin !...
- Après, dis-je, intéressé vivement par ce récit qui réveillait
toutes mes sympathies de chasseur.
- Après, continua mon hôte, le voisin ne peut rien dire de ce
que fit Guillaume dans la soirée.
A dix heures et demie, sa femme le vit prendre son fusil,
rouler un sac de toile grise sous son bras et sortir. Elle n'osa lui
demander où il allait, car Guillaume n'était pas homme à rendre
des comptes à une femme.
François, de son côté, avait véritablement trouvé la trace de
l'ours ; il l'avait suivie jusqu'au moment où elle s'enfonçait dans le
verger de Guillaume, et n'ayant pas le droit de se mettre à l'affût
sur les terres de son voisin, il se plaça entre la forêt de sapins qui
est à mi-côte de la montagne et le jardin de Guillaume.
Comme la nuit était assez claire, il vit sortir celui-ci par sa
porte de derrière. Guillaume s'avança jusqu'au pied d'un rocher
grisâtre qui avait roulé de la montagne jusqu'au milieu de son
clos, et qui se trouvait à vingt pas tout au plus du poirier, s'y
arrêta, regarda autour de lui si personne ne l'épiait, déroula son
sac, entra dedans, ne laissant sortir par l'ouverture que sa tête et
ses deux bras, et s'appuyant contre le roc, se confondit bientôt
tellement avec la pierre par la couleur de son sac et l'immobilité
de sa personne, que le voisin, qui savait qu'il était là, ne pouvait
pas même le distinguer. Un quart d'heure se passa ainsi dans
l'attente de l'ours. Enfin, un rugissement prolongé l'annonça.
Cinq minutes après, François l'aperçut.
Mais, soit par ruse, soit qu'il eût éventé le second chasseur, il
ne suivait pas sa route habituelle ; il avait au contraire décrit un
circuit, et au lieu d'arriver à la gauche de Guillaume, comme il
avait fait la veille, cette fois il passait à sa droite, hors de la portée
de l'arme de François, mais à dix pas tout au plus du bout du fusil
de Guillaume.
Guillaume ne bougea pas. On aurait pu croire qu'il ne voyait
pas même la bête sauvage qu'il était venu guetter, et qui semblait
le braver en passant si près de lui. L'ours, qui avait le vent
mauvais, parut, de son côté, ignorer la présence d'un ennemi, et
continua lestement son chemin vers l'arbre. Mais au moment où
se dressant sur ses pattes de derrière, il embrassa le tronc de ses
pattes de devant, présentant à découvert sa poitrine que ses
épaisses épaules ne protégeaient plus, un sillon rapide de lumière
brilla tout à coup contre le rocher, et la vallée entière retentit du
coup de fusil chargé à double charge, et du rugissement que
poussa l'animal mortellement blessé.
Il n'y eut peut-être pas une seule personne dans tout le
village, qui n'entendît le coup de fusil de Guillaume et le
rugissement de l'ours.
L'ours s'enfuit, repassant, sans l'apercevoir, à dix pas de
Guillaume, qui avait rentré ses bras et sa tête dans son sac, et qui
se confondait de nouveau avec le rocher.
Le voisin regardait cette scène, appuyé sur ses genoux et sur
sa main gauche, serrant sa carabine de la main droite, pâle et
retenant son haleine. - Pourtant c'est un crâne chasseur. Eh
bien ! il m'a avoué que, dans ce moment-là, il aurait autant aimé
être dans son lit qu'à l'affût.
Ce fut bien pis quand il vit l'ours blessé, après avoir fait un
circuit, chercher à reprendre sa trace de la veille, qui le conduisait
droit à lui. Il fit un signe de croix, car ils sont pieux nos
chasseurs ; recommanda son âme à Dieu, et s'assura que sa
carabine était armée. L'ours n'était plus qu'à cinquante pas de lui,
rugissant de douleur, s'arrêtant pour se rouler et se mordre le
flanc à l'endroit de sa blessure ; puis reprenant sa course.
Il approchait toujours. Il n'était plus qu'à trente pas. Deux
secondes encore, et il venait se heurter contre le canon de la
carabine du voisin, lorsqu'il s'arrêta tout à coup, aspira
bruyamment le vent qui venait du côté du village, poussa un
rugissement terrible et rentra dans le verger.
- Prends garde à toi, Guillaume, prends garde, s'écria
François en s'élançant à la poursuite de l'ours, et oubliant tout
pour ne penser qu'à son ami ; car il vit bien que si Guillaume
n'avait pas eu le temps de recharger son fusil, il était perdu :
l'ours l'avait éventé.
Il n'avait pas fait dix pas qu'il entendit un cri. Celui-là, c'était
un cri humain, un cri de terreur et d'agonie tout à la fois ; un cri
dans lequel celui qui le poussait avait rassemblée toutes les forces
de sa poitrine, toutes ses prières à Dieu, toutes ses demandes de
secours aux hommes : - A moi !!!...
Puis rien, pas même une plainte ne succéda au cri de
Guillaume.
François ne courait pas, il volait, la pente du terrain
précipitait se course. Au fur et à mesure qu'il approchait, il
distinguait plus clairement la monstrueuse bête qui se mouvait
dans l'ombre, foulant aux pieds le corps de Guillaume, et le
déchirant par lambeaux.
François était à quatre pas d'eux, et l'ours était si acharné à sa
proie, qu'il n'avait, pas paru l'apercevoir. Il n'osait tirer, de peur
de tuer Guillaume s'il n'était pas mort, car il tremblait tellement
qu'il n'était plus sûr de son coup. Il ramassa une pierre et la jeta à
l'ours.
L'animal se retourna furieux contre son nouvel ennemi ; ils
étaient si près l'un de l'autre, que l'ours se dressa sur ses pattes de
derrière pour l'étouffer ; François le sentit bourrer avec son
poitrail le canon de sa carabine. Machinalement il appuya le doigt
sur la gâchette, le coup partit.
L'ours tomba à la renverse, la balle lui avait traversé la
poitrine et brisé la colonne vertébrale.
François le laissa se traîner en hurlant sur ses pattes de
devant et courut à Guillaume. Ce n'était plus un homme, ce
n'était plus même un cadavre. C'étaient des os et de la chair
meurtrie, la tête était dévorée presque entièrement.(2)
Alors, comme il vit au mouvement des lumières qui passaient
der¬rière les croisées, que plusieurs habitans du village étaient
réveillés, il appela à plusieurs reprises, désignant l'endroit où il
était. Quel¬ques paysans accoururent avec des armes, car ils
avaient entendu les cris et les coups de feu. Bientôt tout le village
fut rassemblé dans le verger de Guillaume.

(2)J'affirme que je ne fais point ici de l'horreur à plaisir et que je n'exagère
rien : il n'y a pas un Valaisan qui ignore la catastrophe que je viens de raconter,
et lorsque nous remontâmes la vallée du Rhône pour gagner la route du Simplon,
on nous raconta partout, avec peu de différence dans les détails, cette terrible
et récente aventure.



Sa femme vint avec les autres. Ce fut une scène horrible. Tous
ceux qui étaient là pleuraient comme des enfans.
On fit pour elle, dans toute la vallée du Rhône, une quête qui
rapporta 700 francs. François lui abandonna sa prime, fit vendre
à son profit la peau et la chair de l'ours. Enfin chacun s'empressa
de l'aider et de la secourir. Tous les aubergistes ont même
consenti à ouvrir une liste de souscription, et si monsieur veut y
mettre son nom...
- Je crois bien ! donnez vite.
Je venais d'écrire mon nom et d'y joindre mon offrande,
lorsqu'un gros gaillard blond de moyenne taille entra : c'était le
guide qui devait me conduire le lendemain à Chamouny, et qui
venait me demander l'heure du départ et le mode du voyage. Ma
réponse fut aussi courte que précise.
- A cinq heures du matin et à pied.

(Le Beefsteak D'Ours. Alexandre Dumas)